Commune

Mareuil-lès-Meaux

Mairie de Mareuil-lès-Meaux
3 place Jean Jaurès 77100 Mareuil les Meaux - Tel : 01 64 33 14 27 – Fax : 01 64 33 79 47
commune-mareuil-les-meaux@orange.fr
http://www.mareuil-les-meaux.fr/
Page facebook : Mareuil Actualités

Horaires d’ouverture :

  • le lundi, mardi, mercredi et vendredi de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h ;
  • le jeudi de 9 h à 12 h
  • le samedi de 10 h à 12 h

Le maire et les adjoints vous reçoivent touts les samedis matins

A la découverte de... Mareuil-lès-Meaux
D'après la tradition locale, les moines de Saint-Denis étaient seigneurs de Mareuil depuis 750, mais il est plus vraisemblable que leur présence remonte au milieu du XIIIème siècle. La famille Boula y possédait également un fief jusqu'au XIXème siècle. Le chanoine Jean Dantan y fît une fondation en faveur des jeunes filles pauvres, geste qui lui vaut une reconnaissance durable des habitants. Le premier instituteur de Mareuil a exercé avant 1789. Le village dispose de sa mairie-école en 1850. Au XIXème siècle, la proximité du canal de Chalifert devient un atout pour les habitants de Mareuil. L'activité économique tourne autour des carrières de pierre et surtout la fabrication de pierres factices au XIXème. L'autre grande spécialité du village sera la fabrication du fromage de brie destiné à être envoyé sur le marché parisien par chemin de fer.

L’Abbé Emile Petitot, missionnaire et explorateur dans l’Arctique canadien
L'un des personnages les plus illustres de l'histoire de Mareuil-lès-Meaux a été le curé de la paroisse de 1886 à 1916.
Né en 1838 en Côte d'Or, Émile Petitot fut ordonné prêtre en 1862. Il quitta la France et s’embarqua pour l'Amérique pour rejoindre la mission de Fort Good Hope.

L’étude ethnographique des peuples indiens
Il fit la rencontre avec des indiens de la tribu Déné et entreprend la rédaction d’un dictionnaire français-déné. Après 2 ans passés au sein de la mission, le père Petitot partit en 1865 visiter les esquimaux Tchiglit des fleuves Anderson et Mackenzie. Avec deux autres missionnaires, Petitot se lance dans la construction d'une église dont il avait dressé les plans lui-même. Epuisé, le père Petitot repartit pour la France en 1874. Après avoir publié de multiples travaux de géographie, de géologie, des dictionnaires et des monographies sur les Déné et les esquimaux, Petitot réembarqua pour l’Amérique en 1876 et retourna visiter les indiens du centre et du sud de l'Alberta. Il s'attache alors à observer de façon ethnographique les indiens Tchippewayans, Flancs-de-Chien et Pieds-Noirs. Ses nombreux voyages et séjours dans les très rudes conditions ont eu raison de sa santé. Quittant définitivement les missions canadiennes en 1883, il reçut à son retour le prix Back de la Royal Geographical Society de Londres, en reconnaissance de sa contribution scientifique.

Le dévouement au service de l’Eglise et des Mareuillois
Il décida de rentrer dans le clergé séculier et se vit attribuer la responsabilité de la paroisse de Mareuil-lès-Meaux le 5 octobre. Dès lors, il ne se passe pas un jour sans que le prêtre ne dise la messe dès 7 h du matin. Au-delà de ses fonctions ecclésiastiques, il prend plaisir à cultiver de nombreuses fleurs dans le jardin du presbytère. On le voyait souvent aller à Meaux en longeant le canal, la musette garnie de livres en bandoulière. Mais c'est le village et ses habitants qui prennent le meilleur de son temps. Il connaît leur histoire et l’étudie : en 1910, il établit des statistiques, relève la superficie des terres arables, des plâtrières, des propriétés bâties, etc. Il entretient des liens affectifs avec les habitants. Très attentif aux plus démunis, il leur offre aussitôt de nombreux dons. Émile Petitot n'en oublie pas pour autant sa première vie auprès des indiens. C'est son cabinet de travail à Mareuil que furent écrits les grands livres où Petitot rendit compte de ses 20 années de voyage, d’étude et d'évangélisation, comme Quinze ans sous le cercle polaire en 1889 ou Autour du grand lac des Esclaves en 1891. Le père Petitot célébra son dernier mariage moins d'un mois avant son décès le 13 mai 1916. Il fut enterré au cimetière de Mareuil, où sa tombe est toujours présente. La rue qui longe l’église Saint-Etienne porte le nom de l’abbé Emile Petitot et le centenaire de sa mort a été célébré à Mareuil en 2016.

Une ville en mouvement
La ville de Mareuil-lès Meaux occupe une superficie de 717 ha, jouxtant le canal de Chalifert et la Marne. Elle est composée à 77% d'espaces naturels (bois, prés, vergers, cultures, etc.).

D’une démographie de 2 800 habitants, elle fait partie de la Communauté d'agglomération du Pays de Meaux, depuis sa création en janvier 2003.

Mareuil connaît une forte extension des activités depuis le début des années 1980 et est un pôle commercial dynamique et attractif à l’entrée de l’agglomération Sud de Meaux.