Commune

Chambry

Mairie de Chambry
Rue de la Ville 77910 Chambry - Tel : 01 64 34 04 77 – Fax : 01.64.33.83.11
e-mail : mairie-chambry@orange.fr
Horaires d’ouverture : le lundi et le jeudi de 14h à 18h, le mardi de 9h à 12h, le vendredi de 14h à 17h.

Une tradition locale prétend que Jules César aurait donné ce village à un de ses légionnaires. Mais la première mention écrite signalant Chambry qui nous soit parvenue date de 1183. L'évêque de Meaux y possédait le droit de collation de l'église, mais le village dépendait de 3 seigneurs : le grand prieur de l'ordre de Malte, le duc de Tresmes et enfin les religieuses de Fontaines.

C'est à partir de 1877 que Chambry dispose d'une mairie-école. Au cours du XIXe siècle, les habitants se tournent vers une spécialisation maraîchère en cultivant notamment une variété de carotte qui est principalement livrée à la conserverie Prevet de Meaux. Cette activité va décliner et disparaître à partir de 1930. Chambry est durement touché lors de la bataille de la Marne. Au début du XXe, on y exploite une carrière de plâtres à ciel ouvert.

A la découverte de... Chambry

Chaque année depuis 1884, le Conseil Municipal procède à l'élection de la rosière de Chambry. Il s'agit là d'une tradition encore très vive dans la commune, qui récompense tous les ans une jeune chambrysienne. Il faut remonter à Saint-Médard, mort en 545, pour retrouver l'origine de ce symbole qui perdure dans plusieurs autres communes française. Cet évêque avait fondé un prix de 25 livres à décerner chaque année à la jeune fille qui se serait montrée la plus vertueuse. On devait alors lui déposer sur le front une couronne de roses, d'où le nom de rosière. La première rosière de l'histoire fut ainsi couronnée vers l'an 525. A Chambry, cette tradition est apparue à la fin du XIXe siècle. Un capitaine retraité, Gabriel Lemaire, décéda à Chambry le 22 janvier 1883. Par testament, il fit un legs à la mairie du village. De ce legs, on trouve encore trace dans les archives des délibérations du Conseil Municipal, qui retracent ainsi l'évènement : “Le deux janvier mil huit cent quatre vingt quatre à six heures du soir, en séance extraordinaire et dans son lieu ordinaire sous la présidence de Monsieur Eugène Manche, Maire, assisté des Conseillers Municipaux, sur l'ordre de Monsieur le Sous-Préfet de Meaux, a lu ce qui suit : Je donne et lègue à la commune de Chambry, mon village natal, quatre cent francs de rente à 3 % sur l'État français à perpétuité. Les arrérages (versements périodiques) de cette rente seront donnés chaque année à une jeune fille de Chambry, y demeurant, de bonne conduite et ayant atteint quinze ans d'âge, de préférence appartenant à une famille peu fortunée. Ce legs sera déposé à la caisse d'épargne de Meaux. Elle ne pourra le toucher qu'à sa majorité. Le Conseil, après en avoir délibéré, considérant que ce legs n'entraîne aucun frais et qu'en outre il offre un avantage incontestable puisque son but est de récompenser, d'encourager la bonne conduite et l'honnêteté, accepte ce legs avec toutes les clauses et conditions indiquées dans le testament sus énoncé.” Depuis cette date, la commune a toujours choisit une rosière, même en période de guerre. L'élection a lieu le plus souvent lors de la séance du Conseil Municipal du mois de mai. Elle est toujours très serrée et donne lieu à trois tours de scrutin. Il est arrivé, certaines années, qu'aucune habitante n'ait 15 ans, mais le Conseil Municipal choisissait alors deux rosières dès qu'il le pouvait. Les journaux d'époque relatent depuis toujours ces élections et nous donnent quelques détails sur les rosières récompensées : “Au moment de la fête, l'unanimité villageoise s'impose devant la rosière, toute vêtue de blanc, au bras du Maire, précédant le Conseil Municipal et les pompiers, aux sons de l'harmonie locale", retrace ainsi un journal de l'époque. Un autre raconte combien “la riante commune de Chambry était douce en fête pour cette cérémonie annuelle”. Aujourd'hui, l'élection de la rosière a toujours lieu, et elle est chaque année très attendue par les Chambrysiens. La somme remise à la jeune fille est désormais de 100 , et la présence de la rosière de Chambry à toutes les manifestations de la commune est toujours très appréciée.